Société

Je vote POUR ! Droit au logement pour tous les jeunes !

7 octobre 2018

Ils ont réalisé un film pour défendre le droit au logement et interroger nos réglementations actuelles. Antonia, Anne-Catherine, Jason, Wendy, et d’autres jeunes des environs de Hotton sont actifs dans le projet « Explor’toit » , animé par Leala Achour du Miroir Vagabond. Pour quelles mesures politiques voteraient -ils ?

 

« Aujourd’hui, en tant que jeune avec un seul salaire, c’est encore possible de se loger ? C’est très dur ! Alors, on veut que les choses changent en Belgique pour le droit au logement. Nous-mêmes, on a vécu et on vit encore de problèmes de logement, donc ça nous touche. On veut rassembler les autres jeunes autour de notre film et apporter un regard critique sur la situation. Autour de nous, des jeunes sont discriminés parce qu’ils sont au CPAS ou au chômage ou d’origine étrangère. Des propriétaires refusent de louer à des jeunes s’ils ont eux-mêmes des enfants, s’ils sont un homme ou une femme ou encore s’ils ont un animal de compagnie.

Avec notre film, on libère la parole. Ce qui nous est arrivé, on ne veut pas que ça arrive aux autres jeunes. On les encourage à se renseigner plus sur leur futur logement, à apprendre les lois et défendre le droit au logement. »  

 

Des terrains mis à disposition par les communes et le droit d'occuper des logements vides

« On voudrait qu’il y ait des possibilités de vivre en habitat permanent ou en habitat léger pour les gens qui le souhaitent, en yourte par exemple. Il faut qu’il soit possible pour eux de vivre dignement et selon leurs choix. Bien sûr, il faut une réglementation, mais on veut que ça s’ouvre, qu’il y ait une réflexion pour accompagner ces personnes et les laisser vivre en paix. On voudrait que les communes mettent des terrains à disposition avec de bonnes conditions pour vivre. Il faut faire évoluer les textes de lois pour répondre aux besoins et projets des jeunes et des personnes précarisées.

Autre idée : il y a énormément de maisons ou de bureaux vides !  Pourquoi on ne peut pas les occuper ou les rénover pour faire du logement social ? On sait que ça ne peut pas être fait sur un claquement de doigts, mais ça doit être une piste à concrétiser. »

 

Un accueil d’urgence dans le nord Luxembourg : une nécessité

« Dans le nord de la province du Luxembourg, il n’y a pas d’accueil d’urgence. Par exemple, un jeune qui va se retrouver à la rue à Marche-en-Famenne n’a nulle part où aller. Il doit se rendre à Arlon ou à Namur. S’il ne peut pas bouger vers Namur ou Arlon, il faut qu’il compte sur des amis, la famille, mais ce n’est pas toujours possible ! Parce qu’on est dans le Luxembourg, on croit qu’il n’y a pas besoin d’accueil d’urgence. Mais c’est faux, il faut soutenir tous les jeunes en détresse, aussi dans les zones rurales. »